L’hindouisme réunionnais

© Trafalgar Lio, Flickr / CC BY-NC-ND 2.0

Au détour d’un virage ou aux abords d’une route, vous croiserez un sanctuaire riche en couleurs, ornés de statues représentant les divinités indiennes. La décoration y est très travaillée et attire le regard. Partie intégrante du cadre réunionnais, les temples tamouls, autrement dit indiens animent les paysages de l’île. Leur communauté : les malbars sont aussi nommés “Tamoul” en référence à la magnifique culture sud-indienne. Présents dès le début du peuplement, leur communauté s’est grandement développée avec la venue des engagés indiens au XIXème siècle. L’hindouisme réunionnais n’existe nulle part ailleurs en France !

Originaires de l’Inde du sud ils ont apporté leur culture et leur religion, qu’ils ont perpétuées sur l’île. A savoir que l’Inde est vaste, que la religion y est pratiquée de nombreuses façons. Ce sont les traditions de cette contrée qui s’inscrivent aujourd’hui dans la culture réunionnaise. Établis au XIX siècle, ils étaient environ 120 000 engagés pour répondre au besoin en main d’œuvre de la culture de la canne à sucre. Restreints dans leurs pratiques religieuses à l’époque par la société coloniale, aujourd’hui ils font partie de la culture locale, conciliés et respectés parmi les autres confessions.

Cérémonies Tamoul

Il arrive de se retrouver sur la route, au pas, derrière un convoi. Juste devant un défilé traditionnel indien s’avance. Leurs célébrations Cavadee, Dipavali, nouvel an Tamoul ont intégré le calendrier des manifestations religieuses réunionnaises. Chaque procession intègre un procédé rituel. Point rouge sur le front, ils vont porter de lourdes structures de bois assorties de fleurs qu’ils auront élaboré un peu plus tôt de leurs mains. Prières et offrandes entourent les cérémonies pour lesquelles nombre d’entre eux se font transpercer la peau par des aiguilles d’argent, parfois des crochets.

© alexia davignon, Flickr / CC BY-NC 2.0

Parmi leurs rites, le plus impressionnant reste la marche sur le feu. Il s’agit d’une procession autour d’un périmètre de braise, préparé depuis l’aube avec des bûches conséquentes. Pieds nus au rythme des tambours, la communauté hindoue s’avance à tour de rôle sur le tapis de tisons et le traverse. Ainsi l’épreuve permet d’expier ses pêchés ou de tenir une promesse. La marche sur le feu conclue un carême.

L’hindouisme réunionnais regroupe deux écoles de pensée, l’une pratiquant les sacrifices d’animaux, l’autre les refusant. Des cabris peuvent en l’occurrence être mis à mort à des fins rituelles. Dans le second cas les offrandes seront composées de fruits, fleurs et autres dons de la nature. Enfin sachez que la religion hindoue reste la plus ancienne qui existe, vieille de 5000 ans.

Envie d’en savoir plus ?

De nombreux temples sont érigés sur l’île. Et la majeure partie sont privés. Cependant il est possible d’en visiter à condition de respecter le lieu : pas de vêtement léger, pas de photographie (non exhaustif !). Adressez-vous sur place pour de plus amples informations. Le temple de Saint-Denis peut vous accueillir, toutes les infos dans la fiche pratique ! Ici un site dédié à l’hindouisme et aux temples réunionnais pour en savoir plus !

Florence Dissler

PARTAGEZ AVEC VOS AMISShare on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Laisser un commentaire